RAPHAËLLE PIA

Les bonheurs de la bonne heure 

Peindre aujourd'hui n'est pas forcément ringard ni prise de tête ! Ce n'est pas nécessairement porter le deuil de tous les «-ismes » de l'histoire de l'art comme un boulet au pied, ni en revêtir les défroques défraîchies, ce n'est pas obligatoirement être post-moderne et peindre sur la peinture en train de se regarder peindre, ce n'est pas toujours se sentir obligé de choisir entre la figuration et l’abstraction. Raphaëlle Pia est peintre, aujourd’hui, tout simplement Avec une liberté et une émotion du genre de celles qui vous saisissent aux tripes devant par exemple, un paysage - comme ces poètes zen qui parlaient de marcher dans le soleil rouge.
Tout est mouvant chez elle, brouillé, fragile, on a I' impression que rien n'était contrôlable jusqu'à ce qu'un pli froissé, une couleur éclaboussée, une coulure qui se fige, deviennent quelque chose de beau, d'intense, d’envoûtant. Les tableaux exposés cette fin d'été nous emmènent dans la baie de Somme . On y sent le vent salé, les sables mouillés, la lumière des oiseaux de mer. Ici, mais ce pourrait être ailleurs, Raphaëlle Pia nous propose. comme saisis «à la bonne heure» , des séries de moments exacts - ce qui ne veut surtout pas dire parfaits ni figés. « Quand je parviens à restituer les moments gue j'ai vécus, je m'agrandis et m'allège, un "bonheur" intense m'envahit et j'aimerais le partager. »
C'est une peinture de l'accident, de la trace, du matériau et de l'imaginaire, … à la fois fenêtre ouverte et surface peinte...

Didier Lamare, Magazine H D S n°19-septembre-octobre 2011, Guide des expos

 

Rives 2, détail, 2011, acrylique sur toile, 73 x 278 cm
Rives 2, 2011, acrylique sur toile, 73 x 278 cm
IIIxIIIIIII WEB-DESIGN & DEVELOPMENT
Array