RAPHAËLLE PIA

2008, Galerie Uni-ver, Paris

... Ces fleurs nous rappellent que chaque transposition artistique est avant tout une transplantation...

Itzhak Goldberg, 2004


... Ces mêmes roses – qui ne sont pourtant pas les mêmes - je viens de les revoir, en majesté, dans un jeune et bel espace d’art contemporain, Uni-ver, 6 cité de l’ameublement. 75011.
Les roses de Raphaëlle Pia ont évolué. Mais dans celles de 2008, j’ai retrouvé ce quelque chose d’énorme, de violent, de sensuel, d’éperdu, d’explosé et de rigoureux à la fois, qui m’avait tant frappée à leur naissance. On est loin d’un tapis de roses doucereux. Loin aussi d’un brutal envoi sur les roses. Entraîné par ces sortes de roses des vents, enivré par leurs gouleyantes couleurs de vin, on y tourbillonne dans des émiettements de soie et de soi, parmi des effilochures de plis. On y devient valseuse affolée au cœur très secret.

Béatrice Nodé-Langlois, 2008

IIIxIIIIIII WEB-DESIGN & DEVELOPMENT
Array