RAPHAËLLE PIA

Entrée Saint Pierre.
prec  |  suiv
Saint Pierre, face et mur sud début.
prec  |  suiv
Saint Pierre, suite du mur sud.
prec  |  suiv
Saint Pierre, mur nord.
prec  |  suiv
Saint Pierre, le chœur.
prec  |  suiv
La Fabrique vue de la fenêtre est.
prec  |  suiv
La Fabrique, mur nord.
prec  |  suiv
La Fabrique, mur nord.
prec  |  suiv
La Fabrique, mur nord , l'Enfer d'après le tympan de Beaulieu sur Dordogne.
prec  |  suiv
La Fabrique, angle murs sud et ouest.
prec  |  suiv
La Fabrique, mur sud.
prec  |  suiv
La Fabrique, mur sud.
prec  |  suiv
La Fabrique, mur sud.
prec  |  suiv

L’exposition "Entrelacs" modifie pour l’occasion l’ancienne église Saint-Pierre dans un incessant dialogue entre les images peintes et les éléments de l’architecture.
Partout la lumière est présente et circule de manière fluide. Il s’agit pourtant d’un étrange assemblage puisque les peintures sont faites dans un atelier loin d’Avallon et n’ont rien de religieux. Les référents ne sont pas des personnages de la Bible comme c’était le cas dans les peintures ou les fresques issues de commandes religieuses.
Raphaëlle Pia peint d’après des éléments architectoniques, qui nous sont parvenus, épargnés par le temps. Pour les peindre elle utilise la même technique que pour les paysages ou les Roses.
Ce qui permet à ces peintures de coller au lieu, de manière convaincante, réside dans un détail qui fonde sa peinture: les sinuosités claires. Il s’agit de la couleur du support que le passage de l’eau a découvert. Ce clair joue différents rôles. D’une part, il relie entre elles les peintures et il les connecte aux brillances du lieu. D’autre part, dans les œuvres mêmes, il dessine et il éclaire.
La lumière traverse le monde, baigne les paysages de bord de mer, s’accroche aux arbres des sous-bois les plus profonds, caresse les bas-reliefs des églises romanes et traverse les vitraux multicolores.
Elle relie toutes les choses. La peinture de Raphaëlle Pia se constituerait alors comme une exploration heureuse des temps historiques reliant les êtres humains. Et c’est peut-être cette ambition qui expliquerait que son intérêt s’est précisément porté sur les motifs moyenâgeux du portail de Saint-Lazare d’Avallon.

Fabien Pinaroli, commissaire de l'exposition

 

L’œuvre de Raphaëlle Pia est protéiforme et très colorée. Et l’artiste expose en des lieux assez divers pour affirmer qu’elle se situe hors de toute ligne picturale, hors de toute chapelle. Le fait qu’au cours de ses expositions, elle se retrouve avec les plus grands (Rustin, Cueco, Velikovic, etc.) atteste de l’exigence et la véracité de sa démarche, de la virtuosité avec laquelle elle se frotte à tous ces talents.

Jeanine Rivais

IIIxIIIIIII WEB-DESIGN & DEVELOPMENT
Array