RAPHAËLLE PIA

Effilochages 51, 2017, acrylique sur toile, 38 x 55 cm
prec  |  suiv
Effilochages 50, 2017, acrylique sur toile, 38 x 55 cm
prec  |  suiv
Grève 4, 2017, acrylique sur toile, 38 x 55 cm
prec  |  suiv
Grève 5, 2017, acrylique sur toile, 38 x 55 cm
prec  |  suiv
Grève 6, 2017, acrylique sur toile, 38 x 55 cm
prec  |  suiv
Grève 1, 2017, acrylique sur toile, 38 x 55 cm
prec  |  suiv
Grève 3, 2017, acrylique sur toile, 38 x 55 cm
prec  |  suiv

La rencontre particulière avec un moment de la nature est une nécessité pour mon travail, mais la technique en est une autre.

Quand le « motif » déclenche l’émotion aussitôt après arrive la grille de lecture construite au fur et à mesure de mes expérimentations.

Pour témoigner de la Baie de Somme j’ai dû attendre qu’arrivent, après bien des tentatives, une façon de plier le support, de nouveaux instruments, comme le balai serpillière, et, en cours de travail, une certaine manipulation de la toile.

Pour ces peintures, j'ai redressé la toile peinte en matière très liquide, à la verticale puis j’ai projeté de l’eau pour faire couler la matière. J’ai été surprise de voir que les traces restées sur la toile restituaient ce que j’avais observé.

Extrait d’un entretien entre Sabrina Dubbeld et Raphaëlle Pia le 10/09/2012 à Paris


(....) du temps suspendu, des étendues de l’impalpable, une leçon de couleur

Francine Garnier, mars 2017
 

 

IIIxIIIIIII WEB-DESIGN & DEVELOPMENT
Array