RAPHAËLLE PIA

Exposition à la Mothe St Héray, printemps 2012 

J'ai expérimenté les possibilités de la toile à peindre, sa souplesse, sous forme de plissages et de coutures, et sa fragilité, sous forme de déchirages et de ré assemblages cousus.
Aujourd’hui je me sens choisie par le motif.Je parcours un paysage pour le sentir dans tout le corps. Plus tard, à l’atelier, sur d’immenses toiles, je prépare le travail au sol en plissant la toile avant d’y appliquer la couleur. A cette étape, la toile ressemble à l’écorce terrestre ou à un paysage vallonné, elle recrée des terres - socles, que je laisse solidifier, sédimenter.
Les couleurs liquides se répandent sur la toile au sol, je les brosse, les suis ou les guide. La peinture cherche son chemin à travers les plis.
Le séchage débouche sur la magie de la surprise : comment la toile va-t-elle interpréter le motif, que va-t-il surgir?
Puis, tendue sur châssis bien à plat à la verticale, la toile déployée se révèle au grand jour.
C’est de la même manière que je peins des fleurs en les capturant dans les plis.
La nature est une source, un lieu d’émotion sans lequel aucune peinture ne peut se jouer.
Je cherche un fragile équilibre entre abstraction et figuration.

R. Pia et K. Jollet, avril 2012

 

Rives 4, 2011, détail, acrylique sur toile, 73 x 278 cm,
Toile d'Araignée, détail , 2004, acrylique sur toile, 200 x 200 cm
IIIxIIIIIII WEB-DESIGN & DEVELOPMENT
Array